Les Lieux de Visa Pour l’Image, 4 : Tiers-Ordre, Saint Do et Poudrière…


D

Pour une visite « autrement » de Perpignan, (re)voir mon article sur les fontaines où vous avez déjà pu voir cette photo :

© C en Roussillon

Le plan général …

Tiers Ordre (7 sur le plan)

La porte rouge en haut des escaliers nous emmène tout d’abord vers la Chapelle du Tiers Ordre, entrée sur la gauche en montant vers Saint Do :

© C en Roussillon

Dans le fond l’entrée de l’église des dominicains où nous irons tout à l’heure…

© C en Roussillon
au fond, le portail vers Saint Do
© C en Roussillon
© C en Roussillon

Perpignan possédait durant le Moyen-âge un grand nombre de monastères. La plupart des ordres religieux étaient représentés et les dominicains ne faisaient pas exception. Leur couvent, à présent une partie de la caserne Mangin, avait une splendide chapelle, la chapelle Ste Dominique. Or en 1442 une branche secondaire des dominicains fut créées, un ordre mendiant que l’on nomma Tiers-Ordre. Les membres du tiers-ordre se sont installés à proximité de leurs confrères et une chapelle leur fut consacrée, la chapelle du Tiers ordre. Cette chapelle fut élevée à partir de la fin du XVIIIe siècle et elle servait encore jusqu’à peu de lieu de culte. Après la révolution française les ordres religieux s’éparpillèrent et la chapelle servit de lieu de culte à la fois pour les militaires de la caserne Mangin (qui jouxte la chapelle et l’Église Saint Do) et les chrétiens orthodoxes.. La chapelle du Tiers-Ordre est surtout célèbre pour avoir accueilli en 1846, dans ses murs, le tribunal qui jugea les Trabucayres, ces bandes de brigands catalans qui semaient la terreur dans la région. L’ensemble de la décoration intérieure est directement inspiré de l’art classique avec des pilastres cannelés, des chapiteaux de style ionique et des arcs et corniches moulurés, le tout en stuc blanc. Seule l’abside de la chapelle a été peinte et présente « La lutte des Dominicains contre l’hérésie », œuvre picturale saisissante signée Jacques Gamelin.
D’autres photos et renseignements ICI

Chapelle Saint Do (2 sur le plan)

© C en Roussillon
© C en Roussillon
© C en Roussillon
© C en Roussillon
À gauche, reste du cloitre : si vous tournez à gauche, vous entrez dans la caserne Mangin!

Le couvent des dominicains à Perpignan est particulièrement connu pour sa chapelle, la fameuse chapelle Ste Dominique. La construction du couvent commence en 1245 sous la volonté du roi d’Aragon Jacques 1er le Conquérant. Durant le XVIIIe siècle, les frères, peu nombreux, loueront une partie du cloître et deux appartements pour que l’armée puisse entreposer des denrées alimentaires. Enfin la révolution française provoque la chute définitive de la communauté en 1791 lorsque les biens de l’église régulière sont récupérés par l’état. De nos jours une partie du cloître et des bâtiments du couvent sont toujours occupés par les militaires de la caserne Galiéni. Le reste appartient à la ville de Perpignan qui y organise des expositions, entre autres « Visa pour l’image ». C’est justement lors d’aménagements pour l’organisation de ce festival que des travaux sur la porte de communication entre la chapelle Ste Dominique et la chapelle du Tiers Ordre ont révélé un portail de toute beauté. Il s’agissait du portail initial de la chapelle, au XIIIe siècle. Il montre une série de quatre voussures, alternativement en taille ronde et en amande, ce qui favorise les jeux de lumière. Les décors devaient être peints, il y a encore des traces de polychromie.
Photos et renseignements complémentaires ICI

La Poudrière (10 sur le plan)

© C en Roussillon
© C en Roussillon

La Poudrière est un bâtiment massif, sans ouvertures latérales, toit à deux pentes, une porte et un accès à l’étage sur chaque pignon. Les ouvertures sont bardées de plaques de fer. Des murs énormes. À l’intérieur, une grande salle voûtée sur plancher bois à l’étage. Au rez de chaussée, les poutres de la salle portent les traces d’une occupation militaire dans les années 1900. Pendant «Visa pour l’image», la librairie du festival s’installe dans la Poudrière.
Photos et renseignements complémentaires ICI.

Suite au prochain numéro, reste à visiter le couvent des Minimes, la caserne Galiéni (encore un couvent et encore une caserne!) et le théâtre de l’Archipel…


à bientôt …
Chris

Publicités

8 commentaires sur « Les Lieux de Visa Pour l’Image, 4 : Tiers-Ordre, Saint Do et Poudrière… »

  1. Je connais bien ces lieux, pour aller à Visa depuis.. toujours. Mais tes photos me les font découvrir autrement. Sympathique ballade le nez en l’air.. merci.

    1. Agréable balade mais qui peut se passer de la référence à ce festival de bobos parisiens dédié aux multinationales de l’image compassionnelle.

Un petit mot?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s